dimanche 12 juillet 2015

Chronique d'une lolita en perdition~


Je voulais faire un article pour clôturer ce blog que je ne tiens plus à jour faute d'idée. J'avais plein d'idées mais finalement je pense que cet article sera un résumé amer de ce qu'est devenu la communauté lolita ces dernières années, et que malheureusement (pour moi?) je ne me reconnais plus dans tout ça... Donc adieu lolita, je vivrais les choses dans mon coin sans communauté ;)



Chronique d'une lolita en perdition~



I- Lolita changeant...

Si il y a bien quelque chose dont j'ai fait part au travers des derniers articles de ce blog c'est bien le changement dans le lolita. Évidement un style vestimentaire ça évolue, on voit ça dans beaucoup de style. Le problème? C'est que le lolita est un style cloisonné et auto-centré contrairement à des styles comme "le gothique", ce qui fait que lorsque le style évolue la communauté entière à tendance à évoluer (le nu goth par exemple n'a pas fait évoluer la communauté gothique entière, alors que l'apparition du OTT à changer radicalement les mentalités de la communauté lolita). Je ne me reconnais plus du tout dans ce style (voir l'article précédent sur le "neo new school"), les collections se succèdent et me donne la nausée, pour 10 collections sorties 1 seule voir aucune m'est sympathique... La plus part des marques s’enterrent dans des prints surchargés, et essayent d'évoluer en proposant des trucs différents mais pas forcément de bon goût (hello print AP avec des galaxy, des poney et je sais pas quoi). Les vêtements sont de plus en plus redondants; et si on a fini par enterrer un peu le OTT sweet puis le OTT classic ces derniers temps, il n'en reste pas moins qu'à chaque évènement c'est la course à celle qui en fera le plus, on a vu arriver des éléments dans les tenues que je trouve ridicule (les sceptres, les bandeaux de miss, etc...) et il est difficile de considérer le lolita comme étant quelque chose de quotidien en voyant ça (et pitié, je sais, c'est un évènement, on s'habille un peu plus que d'habitude, mais bon les bandeaux de miss non quoi...). Il est donc devenu légitime pour les lolitas de rentrer dans cette course à la plus belle tenue, la plus originale (hello, je mixe toutes mes passions avec le lolita, parce qu'en plus de montrer que je suis underground en portant des vêtements différents, je montre également à quel point je suis une personne intéressante avec mes passions à la mode/underground/cool - rayez la mention inutile), apparaitre le plus possible sur toutes les photos des events (ne nier pas, j'ai vu des gens se plaindre de n'être sur aucune photo), devenir une personne reconnue dans la communauté et tout cela sous couvert de partager une passion (soyons honnête, personne n'y croit). Du coup, on voit apparaitre des gens qui évoquent avoir un problème avec ces events devenus beaucoup trop guindés, quitter la communauté ou simplement vivre leur passion pour elle même plutôt que pour les autres. 
Mais à l'image du monde actuel, les gens qui ouvrent les yeux sont souvent les plus marginaux...



II- A l'image de la société

C'est un fait, nous vivons dans la société du paraitre. Toujours montrer qu'on est joli, qu'on est les plus intelligent, les plus ceci, les plus cela. Les armes de ce siècle s'appelle facebook, instragram et le selfie est devenu l'estocade finale pour pouvoir asséner des coups de "vie parfaite" à ses amis... Tout cela me fou la gerbe, les gens sont auto-centrés, ne pensent plus qu'à ne profiter des choses que par l'intermédiaire d'un écran, on pense à se prendre en photo mais par contre activer ses réseaux neuronaux pour réfléchir sur le monde, ça surtout pas... Nous sommes devenus une nation d'individus incapables de réfléchir aux vrais choses, aux vrais problèmes et qui privilégie son petit confort au vrai combat (plus facile de signer des pétitions contre la fonte de la calotte polaire que d'agir vraiment).
Je me suis aperçue que le lolita était désormais à l'image du monde dans lequel on évolue. Tout passe par le paraitre, montrer ses derniers achats (à quoi ça sert?), montrer ses voyages (tu voyages pour toi non?), montrer ses coordi en 150 photos (avec gros plan sur son visage s'il vous plait), toujours s'afficher plus, pour bien montrer à quel point vous incarnez la lolita parfaite, à quel point vous vous investissez; mais en oublier tout ce qu'il y a derrière: une passion.

ça on le voit bien sur ton article haul! merci mais on s'en fou!
Aujourd'hui le partage de la passion est passer au deuxième plan, le plus important c'est de devenir populaire, d'avoir tous les regards braqués sur soi. Parfois je me dis que c’est inévitable, que cette passion est centré autour de vêtements que donc il va forcément y avoir de la superficialité, mais ça peut rester bon enfant. Ce n'est plus le cas aujourd'hui... Le lolita est simplement un objet de convoitise, pour pouvoir se mettre en avant, un objet de consommation comme les autres... Les gens ont oublié la contestation qui pouvait être injecté dedans, ils ont oublié le manuel d'utilisation de leur cerveau. En somme, au revoir la passion, bonjour la consommation à outrance.
Et pourtant...


III- Communauté brisée

... la communauté n'a jamais paru autant soudé. En même temps on me dit souvent "le monde marche comme ça", mais il ne faut pas oublier que si le monde marche comme ça comme vous dites, ce n'est pas forcément la façon de fonctionner la plus optimale et la meilleure (mais on est toujours beaucoup trop engluer dans nos habitudes).
Le nombre d'event lolita se sont multipliés. Je me pose toujours la question du motif de cela (car oui, organiser des events c'est aussi une manière de se médiatiser, de se vendre) avant de catégoriser les events. Néanmoins, cela peut paraitre dans un premier temps comme un renouveau de la communauté (celle-ci ayant couler avec l'avènement de facebook qui a fait couler les forums). En effet, toujours sous couvert de la passion qui nous unis, de plus en plus d'event fleurissent et plus seulement sur Paris mais partout en France. Les lolitas se réunissent; mais au vu de la prépondérance de certaines personnes dans les events je ne peux m'empêcher qu'il y a un côté "être vu" dans les évènements actuels (qui renvoient aussi au fait d'en faire toujours plus).
Je n'ai pas l'impression que ce nouveau départ soit un signe de communauté beaucoup plus soudée, au contraire on retrouve souvent des commentaires post-event sur telle ou telle personne et de comment elle s'est comporté, etc...
Le lolita pour moi a été synonyme de montagne russe, tantôt passion, tantôt blasée, aujourd'hui il est une partie de moi, de ce que j'ai été, de ce que je suis et il est évident que je continuerais à le faire avancer toute seule. Après tout ne dit-on pas que l'on est jamais mieux servis que par soi même!


6 commentaires:

  1. C'est triste, j'ai décidé de m'y investir très récemment. Mais j'ai l'impression que j'arrive quand la fête est finie. Dommage.
    Bonne continuation privée. :o

    RépondreSupprimer
  2. bonjour, je suis tombée par hasard sur ton blog. J'ai commencé dans mon coin comme une grande il y a 3ans. Récemment (maintenant que j'arrive à cordonner mes vêtements à eu près correctement) j'envisageai de mettre un pied dans la communauté, rencontrer d'autres personnes passionnées par ce style. Maintenant que j'ai lut ton article je me sent attristée... J'espérai certainement trop de ces personnes que je ne connais pas, et renforce mon envie de continuer seule. Une fois j'ai croisé des "vraies" lolitas -a Paris-
    J'étais moi aussi habillée en lolita (certes pas de grandes marques mais bon), tout ce qu'il m'a semblé recevoir d'elles c'est du dédain. Le lolita est donc un monde si fermé?

    RépondreSupprimer
  3. Alice et Peter Punkjuillet 11, 2018

    Les liens proposés, en effet, n’offrent pas beaucoup de choix mais en plus, c’est de la simple et pur marchandise de cosplay « made in China ».

    Le lolita et le Gothic Lolita (on parle des deux modes en général, le Lolita étant très loin du gothique et le Gothic Lolita englobant des courants plus underground que le premier) n’a rien du cosplay. Si il est vrai que « la Rose de Versailles » (animé « Lady Oscar ») a influencé ces designers, aujourd’hui, elle est loin d’être du costume pour les conventions. Le Lolita et le Gothic Lolita se portent dans la rue, même si il faut admettre qu’on le revêt plutôt le week-end. Il s’invite au « Tea Parties » organisées par les marques Lolitas et leurs admiratrices, à Tokyo, certes, avec Angelic Pretty, mais aussi à Paris (le 27 février grâce à Baby, the Stars Shine Bright, au célèbre salon de thé Angelina, rue de Rivoli).

    C’est une mode qui coûte cher mais qui est fabriquée souvent de manière artisanale (la marque Chantilly est fabriquée au Japon même). Elle n’est pas à confondre avec Akihabara et la culture otaku ; elle se promène dans Harajuku, l’un des quartiers les plus branchés de Tokyo.

    Des labels tels que Jane Marple, Jane Marple dans le Salon et Emily Temple Cute, sont loin des images que l’on se fait du Lolita. Les imprimés sont certes toujours ravissants, mais les silhouettes moins volumineuses savent plaire à une clientèle plus âgée. Elles ont quelque chose de plus adulte et de plus raffinée.

    On devra dépenser pour acquérir dans sa garde-robe un de ces vêtements ; 40 000 yens pour une veste, 25 000 yens pour une robe ou jupe, 10 000 yens pour un accessoire ou un chapeau… Mais ce sont des choses que l’on peut remettre, agrémenter, rendre plus casual, ou en faire un habit de fête pour les occasions… Si l’on ne veut pas s’habiller dans les supermarchés de la mode fast-food ou si l’on ne veut pas ressembler à un mauvais cosplay sorti d’une mauvaise copie de manga.

    Je travaille actuellement à faire découvrir cette mode (ainsi que le Mori Girl) à travers mes reports pour une société de marketing japonaise promouvant le Japon hors de ces frontières.
    http://hello-global.com/japan-market-insight/japanese-gothic-lolita-fashion-a-living-example-of-tokyo-underground-fashion-street-style-2010127-vf

    Vous pouvez vous rendre si vous habiter à Paris chez « Baby the Stars Shine Bright » ou « Bodywood ».
    Plus de détails sur les Mori Girls, les Lolitas et les Gothic Lolitas sur mon blog.
    http://aliceetpeterpunk.blogspot.com/

    Si vous souhaitez me contacter pour plus de renseignements vous pouvez le faire à alice_et_peter_punk@live.fr

    RépondreSupprimer